À Montréal et particulièrement dans Rosemont-Petite-Patrie, circuler en automobile et même en vélo relève souvent de l’exploit.  Les rues sont chaotiques et rappellent les routes de terre que l’on peut emprunter dans les parcs provinciaux comme celui du Mont-Tremblant ou dans certains endroits reculés. Voir la vidéo, ci-haut.

Ajouter à cela les nids de poule qui reviennent fréquemment aux mêmes endroits, on finit par regretter les bons vieux « graders »  jaunes ou niveleuses qui sillonnent encore ces routes en été. Bien sûr, on est loin d’Alep et en comparaison nous sommes « gras-durs » comme diraient certains, mais il reste que la situation est désespérante. Malgré tous les chantiers qui n’en finissent pas, on ne voit pas d’amélioration ni d’aboutissement. Le sujet va certainement faire encore l’objet des prochaines élections municipales. À l’instar de certains politiciens jovialistes, on finit par en rire, comme pour ce sapin bien « lette »  du quartier des spectacles 2016.

On pourrait croire que la  circulation automobile pourrait être découragée, mais on s’habitue à tout et l’on s’entend pour dire qu’il y a d’autres priorités. Malheureusement, ce qui reste de tout cela, c’est cette image d’un Québec qui se dégrade et qui s’enlise dans l’austérité. C’est aussi une image de nous-mêmes peu édifiante et un héritage aux nouvelles générations que l’on n’avait pas prévu, ni voulu.

Nids de poule ...
0%Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0%

A propos de l'auteur

Photo du profil de adminnbianchi

Fondateur du journal communautaire en ligne, LeNetJournal.info. Ex-enseignant au Collège de Rosemont, au département de Techniques administratives.